La médaille, Renaud (1994)

I] Mister Renaud

1) Biographie

Renaud Séchan est né en 1952 à Paris. Son père est esneignant et écoute principalement de la musique classique. Sa mère est ouvrière, originaire d'une famille de mineurs du Nord de la France. Elle écoute de la musique populaire.
Il grandit à Paris même. Sa scolarité n'est pas une réussite : il déteste l'école sauf les cours de français. Il rate son BEPC (équivalent du DNB) la première fois, redouble sa troisième puis passe au lycée. Il n'ira pas jusqu'au baccalauréat.
À 17 ans, il abandonne le lycée et travaille dans une librairie. C'est là qu'il découvre l'auteur Boris Vian, et qu'il lit énormément. Par hasard, suite à une rencontre avec le comédien Patrcik Dewaere, il devient acteur. Il chante également pour ses amis, mais son répertoire reste assez maigre.

À 21 ans, Renaud commence à jouer dans la rue avec un ami accordéoniste. Il est remarqué par un producteur important nommé Paul Lederman (producteur de Coluche à l'époque, il produira Les Inconnus dans les années 90). Celui-ci lui propose d'enregistrer un disque qui sort en 1975. Il est intitulé Amoureux de Paname (Paname signifie Paris en argot parisien).






Écoutez-moi, vous les ringards,
Écologistes du samedi soir
Cette chanson-là vaut pas un clou
Mais je la chant' rien que pour vous

Vous qui voulez du beau gazon,
Des belles pelouses, des p'tits moutons
Des feuilles de vignes et des p'tites fleurs,
Faudrait remettre vos montres à l'heure

Refrain
Moi, j'suis amoureux de Paname
Du béton et du macadam
Sous les pavés ouais, c'est la plage
Mais l'bitume c'est mon paysage
Le bitume c'est mon paysage

Écoutez-moi, vous les ringards,
Écologistes des boul'vards
Vos beaux discours y'en a plein l'dos,
Y'a du soleil dans les ruisseaux

La Tour Montparnasse elle est belle,
Et moi j'adore la tour Eiffel
Y'a plein d'amour dans les ruelles
Et d'poésie dans les gratt'-ciel

Refrain

Écoutez-moi vous les ringards,
Écologistes des grands soirs
La pollution n'est pas dans l'air,
Elle est sur vos visages blêmes

Moi j'aime encore les pissotières,
J'aime encore l'odeur des poubelles
J'me parfume pas à l'oxygène,
L'gaz carbonique c'est mon hygiène.

Refrain

Écoutez-moi, vous les ringards,
Écologistes du sam'di soir.
Cette chanson-là vaut pas un clou
Mais je la chante rien que pour vous.

Vous qui voulez du beau gazon,
Des belles pelouses, des p'tits moutons,
Des feuilles de vigne et des p'tites fleurs,
Faudrait remettre vos montres à l'heure.

Refrain

Écoutez-moi, vous les ringards,
Écologistes des boul'vards.
Vos beaux discours y'en a plein l'dos,
Y'a du soleil dans les ruisseaux.

La Tour Montparnasse elle est belle,
Et moi j'adore la tour Eiffel,
Y'a plein d'amour dans les ruelles
Et d'poésie dans les gratt'-ciel.

Refrain

Écoutez-moi, vous les ringards,
Écologistes des grands soirs.
La pollution n'est pas dans l'air,
Elle est sur vos visages blêmes.

Moi j'aime encore les pissotières,
J'aime encore l'odeur des poubelles,
J'me parfume pas à l'oxygène.
L'gaz carbonique c'est mon hygiène.

Refrain

Son accent parisien, sa gouaille (attitude verbale insolente) et son côté populaire sont déjà bien présents. Il poursuit sa carrière de chanteur et sa discographie montre l'évolution du personnage :

2) Engagements divers.

Renaud a connu mai 68 à Paris. Il évoque d'ailleurs dans Hexagone(Ils se souviennent au mois de mai / D'un sang qui coula rouge et noir / D'une révolution manquée / Qui faillit renverser l'histoire). Il en a gardé des convictions politiques très ancrées à gauche. Voici quelques idées qu'il a défendues dans ses chansons.

L'anarchie : critique de toute forme d'autorité :

L'écologie : Fatigué (1986).

Lutte pour les minorités.

Renaud s'est engagé pour les Restos du cœur ou pour SOS Racisme.

Protection de l'enfance

Il a créé une fondation de protection des enfants nommée Malone. Dans la chanson Morts les enfants, il évoque l'innocence d'enfants victimes des industriels, de la violence routière, ou encore ceux mourant de faim.

Critique des drogues et de leurs ravages

On peut citer P'tite conne qui traite de l'héroïne, ou encore Arrêter la clope qui évoque la cigarette.

II] La médaille

La chanson est parue en 1994 dans l'album À la belle de mai.





Un pigeon s'est posé
Sur l'épaule galonnée
Du Maréchal de France
Et il a décoré
La statue dressée
D'une gastrique offense
Maréchaux assassins
Sur vos bustes d'airain
Vos poitrines superbes
Vos médailles ne sont
Que fientes de pigeons
De la merde

Un enfant est venu
Aux pieds de la statue
Du Maréchal de France
Une envie naturelle
L'a fait pisser contre elle
Mais en toute innocence
Maréchaux assassins
Le môme mine de rien
A joliment vengé
Les enfants et les mères
Que dans vos sales guerres
Vous avez massacrés

Un clodo s'est couché
Une nuit juste aux pieds
Du Maréchal de France
Ivre mort au matin
Il a vomi son vin
Dans une gerbe immense
Méréchaux assassins
Vous ne méritez rien
De mieux pour vos méfaits
Que cet hommage immonde
Pour tout le sang du monde
Par vos sabres versé

Un couple d'amoureux
S'embrasse sous les yeux
Du Maréchal de France
Muet comme un vieux bonze
Il restera de bronze
Raide comme une lance
Maréchaux assassins
L'amour ne vous dit rien
A part bien sûr celui
De la Patrie hélas
Cette idée dégueulasse
Qu'à mon tour je conchie

1) Le texte.

Le texte est écrit en hexasyllabes. Les rimes sont disposées ainsi : Comme souvent chez Renaud, le texte est à la fois poétiquement ciselé et utilise beaucoup le registre familier.
On trouve des inversions : "une gastrique offense", "que dans vos sales guerres vous avez massacrés", "par vos sabres versés". Il y a également un enjambement : "Vos médailles ne sont que fientes/ de pigeon, de la merde".
Le langage est souvent familier : merde, môme, pisser, gerbe, conchie. La guerre est évoquée à travers la statue qui la représente : La réponse à ce monde guerrier n'est pas contestataire. En fait, c'est encore pire : le public fréquentant cette place ignore totalement la statue. Cette population est complètement étrangère à l'idée de guerre. D'ailleurs les 4 protagonistes sont innocents par nature : un pigeon, un clochard ivre, un jeune enfant et un couple d'amoureux.
Les usagers de la place ne respectent absolument pas la mémoire du maréchal : sa statue ne sert qu'à soulager des "envies naturelles".

La statue elle-même est anonyme : on sait juste qu'il s'agit d'un maréchal de France (plus haute distinction militaire française. En fait, la statue est un symbole représentant la guerre, responsable des massacres.

Dans la dernière strophe, Renaud rejette l'idée de patrie (littéralement, le pays des pères pour lequel on est prêt à se battre voire à se sacrifier) qu'il qualifie de dégueulasse. L'ASAF (Association de Soutien à l'Armée Française) a d'ailleurs attaqué France Inter pour avoir diffusé la chanson. Le verdict rendu en 1996 ne condamnera pas la radio.

2) La musique.

Forme strophique.
Tonalité : ré majeur
Mesure : 6/8. Cela signifie que la mesure est ternaire, chaque temps est divisé en trois croches.

a) la voix.

Le timbre de la voix de Renaud est reconnaissable car unique : il mêle l'accent parisien (un peu nasillard) et les conséquences de l'abus de tabac et d'alcool qui l'ont éraillée. Il ne chante pas tout à fait juste non plus.
Son ambitus (écart entre la note la plus grave et la note la plus aiguë) est restreint : à peine une octave (entre ré et ré).
Le rythme utilisé par Renaud est simple, on le retrouve tout au long de la chanson. Il permet de faire sonner l'hexasyllabe (le rythme contient six notes). Il n'est pas sans rappeler la chanson Mistral Gagnant.

b) le piano.

L'introduction du piano est très calme, très douce. L'ambiance est nostalgique. Le tempo est modéré, et on pourrait croire à la première écoute qu'on va entendre une chanson d'amour.
La grille harmonique (on appelle grille la succession d'accords jouée pendant un morceau) est déjà présentée. Une méolide simple émerge à l'aigu, tandis que l'accompagnement arpège les accords. Arpéger signifie qu'on lieu de plaquer les accords et de jouer tous les sons simultanément, on égrène les notes, comme le ferait un harpiste.
Il n'y a que dans l'introduction que le pianiste joue soliste. Il ne fait qu'accompagner dans le reste de la chanson, toujours en arpégeant la grille qui reste la même.

III] Documents

Clique ici pour récupérer la chanson.
Tu peux regarder également cet excellent documentaire.